Aller au contenu

Multiplier les passerelles pour refonder à gauche

De janvier 2016 au 1er semestre 2017, les initiatives n’ont pas manqué pour appeler au rassemblement des gauches, créer ainsi une dynamique forte appuyée aussi sur les forces sociales, et éviter un éclatement qui était pressenti.

Le 1er mai 2016 sortait l’Appel des 100 qui visait à unifier et à construire une alternative après les 5 années du quinquennat de Hollande-Macron, la déchéance de nationalité, ou la loi El Khomri contre le code du travail, qui a déclenché un important mouvement social durable et dans l’unité syndicale. L’Appel des 100 associait donc des forces et courants venus du Front de gauche, des écologistes, des socialistes, des syndicalistes, des associatifs, des personnalités universitaires ou culturelles.

Un travail d’élaboration fut entrepris pour dégager plus de 50 propositions dessinant une alternative et pouvant rassembler largement.

Parallèlement, une dynamique apparaissait autour de l’Avenir en Commun et la candidature de Jean Luc Mélenchon dès lors que l’échéance se rapprochait.

C’est la même dynamique de rejet du quinquennat sortant et l’aspiration à une réelle politique de gauche qui porta l’élimination de Manuel Valls et la désignation de Benoît Hamon fin janvier 2017.

La nouvelle donne ainsi créée s’est élargie après février 2017 à d’autres initiatives citoyennes. Les réseaux Utopia, Les Jours Heureux d’abord. Puis les « apéros citoyens », les initiatives de jeunes et l’appel « 1maispas3 », l’appel « Rassemblement à gauche : urgence ! » se coalisèrent autour d’initiatives communes ou convergentes. Sans parvenir à éviter l’éparpillement et donc à surmonter la division.

Dès lors dans le cadre électoral ce fut la fin des démarches visant à unifier sur un projet commun la gauche de transformation.

Pourtant, dès début septembre 2017, le mouvement social se manifeste à nouveau contre la politique de remise en cause tous azimuts des conquêtes sociales par le gouvernement Macron-Philippe, et son projet clairement orienté à droite.

Travailler ensemble

C’est fort de ce bilan et de la nouvelle situation que fut rédigé et publié l’appel « travaillons ensemble ! » visant d’abord à multiplier les « passerelles » à gauche, pour envisager à nouveau des convergences. Avec la proposition d’un bulletin de liaison régulier du même nom.

En dépit d’une situation très différente il y a des éléments de continuité de mai 2016 à fin 2017 :

  • D’abord le lien avec le mouvement social, la recherche de ce qui unifie.
  • Il y a aussi des éléments nouveaux : la question de la recomposition à gauche se complexifie. Toutes les forces ou mouvements sont traversés par d’importants débats sur leurs choix : mouvement France Insoumise, M1717, assises de l’écologie, enjeux des congrès, etc.
  • Enfin il y a le constat d’une multiplicité d’initiatives, d’engagements individuels ou collectifs à travers d’appels ou de projets différents.

C’est cette continuité, comme les éléments nouveaux qui ont conduit les initiateurs-trices de l’appel « travaillons ensemble » à mettre en débat la proposition d’un « comité de liaison » pluraliste, ouvert à toutes les initiatives.

Le bulletin « Passerelles » rendra compte de cette diversité. Il se veut un outil permettant de croiser les positions, les analyses, les actions. A partir de cette mise à disposition, un des objectifs est d’aider à la constitution de collectifs locaux, des comités « passerelles », en tenant compte des collectifs pré-existants déjà dans le même esprit …

C’est, modestement, un chemin pour construire une alternative s’appuyant sur des démarches citoyennes, sociales tout autant que politiques.

Passerelles rendra compte de la diversité de ces démarches et initiatives avec l’objectif de lancer des ponts pour unifier à gauche et permettre que se construise une alternative majoritaire.

Les partis, mouvements, forces ou courants, ont aussi leurs initiatives et échéances propres. Plutôt que de se cantonner chacun dans son coin, l’appel vise à la rencontre et à la confrontation des points de vue, des logiques avec l’ambition que l’engagement des uns et des autres permette d’avancer pour fédérer les énergies, pour construire une nouvelle gauche écologiste, sociale et citoyenne dont nous avons besoin dans le respect de la diversité et du pluralisme.

 

publié dans le bulletin « Passerelles n°1 »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *