Une contribution au débat sur l’augmentation du SMIC

Jean-Claude Branchereau, un des initiateurs de l’Appel des 100, argumente sur une augmentation du SMIC de 150 euros dès 2017, avec un financement correspondant.

 

images

Fichier : Smic débat

150 euros bruts de plus par mois pour le Smic en 2017 !

Il y a 1,7 million de Smicards qui perçoivent un peu plus de 1100 euros par mois. Une somme avec laquelle il est impossible de se loger correctement, de faire vivre une famille, d’éduquer ses enfants dignement. 80% des smicards sont des femmes !

Après des années sans « coup de pouce », le Smic devrait être augmenté de 10% en une seule fois, soit environ 150 euros bruts.

Il existe deux arguments pour s’opposer à cette proposition.

La première objection porte sur le risque de grignotage de l’augmentation

Le risque de grignotage des salaires par les coûts du logement, de la nourriture, de l’eau, du gaz ou de l’électricité ne permet pas de vivre dignement, de manière pérenne, quel que soit le niveau fixé au Smic. Ils n’ont pas tort. C’est pourquoi nous partageons ce que dit le texte de lancement de la discussion :

« Il faut augmenter les salaires et les plafonner pour réduire les inégalités. Mais il faut veiller en parallèle à ce que des hausses de loyers ou des factures d’eau, de gaz, d’électricité ne viennent pas obérer ces augmentations. Il faut mener des politiques coordonnées pour y parvenir. »

L’augmentation du Smic de 150 euros en une seule fois doit donc s’accompagner d’autres mesures. Tout d’abord, inscrire cette hausse dans un processus de revalorisation de tous les salaires à partir d’un plancher de 1800 euros bruts à atteindre dans des délais négociés à l’échelle de toutes les branches.

Ensuite, accompagner cette politique salariale d’un blocage des loyers sur 3 ans, de la fixation de tarifs sociaux pour l’eau, le gaz, l’électricité … les transports ou d’un quantum de mètres cubes, de kwh gratuits …

La seconde objection porte sur le financement

Augmenter le Smic de 150 euros mensuels bruts, cela correspond à une enveloppe d’environ 4 milliards. Nous proposons de créer un fonds de soutien aux TPE.

Avec l’écrêtement des rémunérations des patrons du CAC 40 au-delà de 20 Smic et une taxe sur les 40 milliards de dividendes versés en 2015 aux actionnaires, il y a de quoi financer cette mesure.

.

Jean claude Branchereau

2 comments

  1. cette proposition à mon sens n est pas bonne ,en effet une augmentation de 150€ va augmenter le nombres de smicards, les grilles indiciaires conventionnelles vont être dépassées par le smic certaines le sont déjà .il faut donc ré-indexer les grilles ccn sur le smic si non celui ci deviendra la norme pour tous les salariés hors cadre

    1. Je suis d’accord avec cette remarque. C’est pourquoi le texte précise :
      « L’augmentation du Smic de 150 euros en une seule fois doit donc s’accompagner d’autres mesures. Tout d’abord, inscrire cette hausse dans un processus de revalorisation de tous les salaires à partir d’un plancher de 1800 euros bruts à atteindre dans des délais négociés à l’échelle de toutes les branches. »
      Il faut effectivement ré-indexer les grilles des conventions collectives et statuts sur la base – a minima – du nouveau Smic.
      La proposition, sans doute pas assez développée, propose comme base 1800 euros bruts. c’est à dire plus que le Smic augmenté de 150 euros (1600).
      L’Etat peut augmenter le Smic facilement. Il faut faire suivre cette décisions d’une conférence sociale pour traiter la question des salaires dans sa globalité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *